Un nouveau modèle de multimodalité

En cette période difficile, la pandémie que nous sommes en train de vivre nous pousse tous à nous interroger sur "nos modes de vie". La surconsommation vers laquelle nous pousse nos politiques, avec la croissance "toujours plus", nous suggère un mode de vie inadéquat avec notre environnement. Tout n'est pas nuisible cependant, mais nos sociétés modernes améliorent, peut-être de façon disproportionnée notre confort.


Avec le confinement, certains se sont rendus compte que l'automobile n'était pas forcément le mode de transport le plus "sain". La facilité avec laquelle nous pouvons voyager aujourd'hui doit être repensée. Nos politiques nous poussent pour des raisons évidentes à rester en France. C'est pas difficile, car n'oublions pas que notre pays, est la première destination mondiale pour le tourisme. Avec la distanciation sociale qui est une nécessité, aujourd'hui, quelles sont les mesures prises par les pouvoirs publics pour imposer aux compagnies aériennes, ferroviaires, maritimes le minimum de sécurité sanitaire ? Réduire le nombre de vols, de trains...c'est pas difficile! Moins de sièges, c'est moins d'argent pour les grosses compagnies. Il faudra s'attendre à des augmentations du prix de nos billets de transport. Pourquoi, ne pas développer le nombre de places disponibles pour des vélos dans tous nos trains, par exemple, puisqu'il y aura moins de monde, à priori ?

Développer les itinéraires cyclables, à travers le territoire, en utilisant les réseaux secondaires. Des progrès ont été fait depuis 5 ans environ mais il reste encore trop difficile pour le novice de se déplacer à vélo sur de longues distances. Un peu plus de communication de nos offices de tourisme, de nos institutions territoriale, de nos élus locaux semble nécessaire. Plus de pistes sécurisées ou en voies partagées quand c'est possible mais surtout un fléchage à améliorer, des cartes mieux divulguées, des applications plus simples à utiliser. Le voyage à vélo est en plein développement, sachons le promouvoir un maximum car il procure énormément de plaisir à tous les niveaux. Il est aussi une économie à part entière: pour les petits hôteliers, les campings municipaux, les loueurs de gîte, chambres et autres, les artisans vélocistes, restaurants, bar, boulangers etc....Un voyageur à vélo, dépense en moyenne, environ 70€/jour entre visites, nourriture et logement !

Profitez-en pour vous lancer, "l'expérience faisant le larron", vous ne risquez rien, si ce n'est la rencontre avec vous même....


Un site à consulter....


6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout